Affrontements à Mulhouse : tristesse absolue

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Une vingtaine de gamins en train de narguer la police, deux ou trois cents jeunes spectateurs guettant le moment fatal pour dégainer le téléphone portable et faire une photo : le spectacle devant la Tour de l’Europe en fin de matinée était… triste. D’abord parce que le temps était vraiment gris, loin des joyeuses manifs au soleil, ensuite parce qu’on sentait chez les jeunes juste une envie d’en découdre, pas de message exprimé, rien que du ras le bol, de l’envie de casser, de se faire remarquer.

Cela ne signifie pas qu’ils n’ont rien à dire, mais certainement qu’ils ne savent pas comment ni à qui le dire. Alors casser de la police, c’est le recours habituel. Je ne soutiens pas le n’importe quoi, mais je me demande ce que vont devenir ces jeunes qui se sentent perdus, réagissent mal et sont d’autant plus rejetés : ils sont dans un cercle vicieux qui fait qu’on n’a plus envie de les écouter. Et c’est cette absence d’écoute qui alimente le délitement de notre société…


Photos Béatrice Fauroux

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »